'92 HONDA NSX




On the road (2005 - 2008)
La dernière aquisition de Syl. Après bien des rélféxions, j'ai opté pour une Honda NSX. Encore une Honda, rouge de surcroit me direz-vous. Pourtant au départ, mon rêve était d'avoir une Toyota Supra. Histoire de goûter aux joies du turbo et de la puissance facile (voire très facile avec la Supra). Seulement voilà, les Supras d'occase sont rares, surtout les modèles à boîte manuelle qui sont exagérément surcotés. De plus, le but en achetant une Supra aurait été une préparation assez poussée vu la facilité d'augmenter la puissance du 2-JZGTE. Même si la puissance est facile à obtenir, il s'agit tout de même de modifications assez couteuses. De plus, un tel engin n'est pas du tout exploitable sur route ouverte est une telle puissance n'est pas forcément indispensable sur circuit où la Supra reste tout de même assez lourde.
La décision s'est donc faite pour une Honda NSX de 1993 affichant 19'000 km lors de son achat en juin 2005. Les raisons du choix sont les suivantes : poids limité (1340 kg pour les premiers modèles comme le miens contre près de 1400 pour les plus récents, fiabilité, châssis exceptionnel, esthétique et consommation raisonnable. Les points faibles de la NSX sont le prix des pièces exhorbitants et un potentiel d'augmentation de puissance assez limité (mais vu le poids de l'engin, chaque cheval se ressent). Sur la route, le châssis ets la première qualité que l'on ressent : il est extrêmement rigide. Les commandes (boîte, embrayage double disque, direction non-assistée sur les premiers modèles) sont aussi rigides et fermes. La position de conduite est au top. On sent que la caisse est légère. Comme point négatif, un léger manque de pêche sur un 0 - 100 km/h. Les premier modèles ont une boîte 5 vitesses dont les 2 premiers rapports sont hyper long (on descend à 4800 t/min au passage de la 2ème) : 75 km/h en 1èr e, 135 en 2ème, 180 en 3ème, 240 en 4ème. Un défaut certes corrigé plus tard sur les modèles à boîte 6, mais ces derniers sont plus lourds, donc n'amènent pas vraiment un plus en performance. De toute façon, une fois à plus de 80 km/h, ce petit problème s'efface et on profite pleinement de cette voiture.



























On the track (2009 - ...)
Après 4 ans passés entre la route et les sorties sur circuit, la NSX a été désimmatriculée. Elle est désormais consacrée uniquement au roulage sur circuit et une préparation un peu plus poussée est en cours.La voiture a été passée au banc avec un résultat de 300.3 cv. J'ai travaillé sur l'allégement et le châssis de la voiture. Le but est d'avoir une voiture fiable, performante et au coût d'utilsation acceptable.

















Modifications

- Tein Flex (ressorts 10/12 kg/mm avants/arrières)
- Enkei Kojin 17' x 8' ET40 & 18' x 9.5' ET30
- Admission Downforce
- Echappement Gt-One N1
- Suppression du catalyseur Taitec
- Collecteurs DC Sport
- Ecopes de refroidissement des freins
- Kit gros freins Stoptech
- Harnais 6 points Sparco
- Arceau Arepa
- Barres de renfort avants NSX Type R
- Sièges Sparco Corsa
- Volant Oreca, moyeu Science Of Speed
- Barres anti-roulis 1'' Dali
- Front camber bushings
- Front non-compliance suspension clamps
- Rear suspension beam non-compliance bushings
- Rear non-compliance toe links
- LSD OS Giken avec rapport final 4.44
- Aileron arrière NSX Type-R
- Diffuseur arrière Difflow
- Fond plat avant
- Vitres latérales en polycarbonate